Standards

ISO 19130-2:2014

L’ISO/TS 19130-2:2014 prend en charge l’exploitation des images de télédétection. Elle spécifie les modèles de capteurs et les métadonnées pour la géolocalisation des images de télédétection des capteurs radar à synthèse d’ouverture (SAR), radar interférométrique à synthèse d’ouverture (Interferometric Synthetic Aperture Radar – InSAR), télédétection par laser (lidar) et sonar. Elle définit également les métadonnées nécessaires à l’aérotriangulation des images aéroportées et spatioportées.

L’ISO/TS 19130-2:2014 donne les informations détaillées qui doivent être fournies pour la description des capteurs de SAR, InSAR, lidar et sonar, ainsi que les informations physiques et géométriques associées nécessaires à la construction rigoureuse d’un modèle physique de capteur. Pour les cas où des informations de géolocalisation précises sont nécessaires, la présente Spécification technique identifie les formules mathématiques permettant la construction rigoureuse de modèles physiques de capteurs qui mettent en relation l’espace-image en deux dimensions et l’espace-sol en trois dimensions en intégrant le calcul de l’erreur de propagation associée.

L’ISO/TS 19130-2:2014 ne précise ni comment les utilisateurs dérivent les données de géolocalisation, ni le format ou le contenu des données qu’ils génèrent.

STANAG 2592 – NGIF

Généralités

NGIF est un projet de STANAG destiné à définir l’infrastructure de données spatiales de l’OTAN. Sa version initiale reprend la version 5.0 de l’environnement américain GSIP (Geospatial Structure Implementation Profile) publié par la NGA pour la Défense américaine. À ce titre, il porte en priorité sur les aspects liés aux données, et non sur les aspects de service.

Contenu

Les travaux techniques de modélisation et de définition des produits ont été confiés au DGIWG, tandis que le JGSWG se charge des aspects managériaux. Pour ce faire, le DGIWG a créé l’infrastructure DGIF (Defence Geospatial Information Framework), dont il a la maîtrise et dont les éléments peuvent être repris par l’OTAN pour publication dans le STANAG NGIF.
La première mouture de DGIF s’est appuyée sur la version 5.0 de GSIP. DGIF 2 a permis une véritable appropriation du framework par les experts et comporte de nombreuses évolutions. DGIF 2 contient :

  • le DGIM (Defence Geospatial Information Model) est le modèle de données vecteur de l’information géographique ; il équivaut à un schéma d’application, mais sa spécificité est de contenir toute l’information sémantique présente dans les composants en aval, notamment le dictionnaire DGFCD.
  • le DGFCD (Defence Geospatial Feature Concept Dictionary) est le dictionnaire de données basé sur ISO 19126 et fournit les définitions des concepts présents dans le DGIM
  • le DGRWI (Defence Real World Object Index) est un index permettant l’identification de phénomènes du monde réel dans DGIF comme combinaisons de concepts sémantiques (objets, attributs et valeurs).

Cette architecture permettra la définition de spécifications de contenu, qui contiendront les informations des composants ci-dessus.

• Les NGDCS (NATO Geospatial Data Content Specification) sont les spécifications de contenu. Elles résultent de la concaténation du catalogue d’entités d’un profil du NGIM avec des critères d’inclusion, afin de fournir un extrait du NGIM exploitable pour la saisie, la gestion et la production de données. Leur équivalent GSIP est le NSG Data Content Specification.

• Les NGDPS (NATO Geospatial Data Product Specification) sont les spécifications de produit. Elles fournissent toutes les informations nécessaires pour dériver un produit normalisé à partir de NGIF. Les critères d’inclusion des produits NGIF y seront également listés, ce qui signifie qu’elles joueront le rôle de guide d’extraction. Leurs équivalents GSIP sont les NSGDPS (NSG Data Product Specification).

Statut

NGIF 1.0 a été publié fin 2013. NGIF 2.0 a été promulgué en octobre 2018. Il n’existe pas encore d’implémentation officielle. Plusieurs nations envisagent de l’implémenter à court terme, dont la France.

Les travaux de spécification de produit sont en cours au DGIWG. Ils portent prioritairement sur les cartes papier et numériques à ces trois niveaux d’échelles : urbain, niveau 2 (1:50 000) et niveau 1 (1:250 000).

Les précisions sur les aspects techniques sont en page DGIF.

FACC

Le FACC est un dictionnaire de concepts de l’information géographique, associés à une codification. Il constitue la partie 4 du standard DIGEST du DGIWG. Sa dénomination prête à confusion, car le FACC est un dictionnaire et non un catalogue : il décrit un ensemble d’objets et un ensemble d’attributs sans les associer entre eux.

Ce standard est toujours utilisé dans certains systèmes et spécifications réglementaires (notamment VMAP pour la production française), mais il n’est plus maintenu par le DGIWG.

Initialement fourni sous forme papier, ce standard était maintenu dans une base Access. Une solution de management sous forme de registre en ligne vient d’être finalisée. Le dictionnaire DFDD est le standard successeur officiel du FACC.

STANAG 2586 – NGMP

Généralités

Le JGSWG, assisté techniquement par le DGIWG, a mis en place le STANAG 2586 (NATO Geospatial Metadata Profile) visant à une harmonisation des échanges de métadonnées au sein des structures de commandement OTAN. Si ce STANAG a été défini comme un profil de la norme ISO 19115, le NATO Core GIS promeut une mise en œuvre des échanges de métadonnées sous forme de fichiers SHAPEFILE plutôt qu’une mise en œuvre XML normalisée (ISO/TS 19139).

Contenu

Par ailleurs, le STANAG 2586 est centré sur le besoins des structures de commandements OTAN. Certains besoins des nations (par exemple : métadonnées de services) ne sont donc pas couverts. Ceci a poussé le DGIWG à la mise en place du profil de métadonnées DGIWG Metadata Foundation (DMF), qui a été conçu de manière à ce que le STANAG 2586 en soit un profil. La conséquence en est que la conformité au STANAG 2586 implique la conformité à DMF.

Statut

Suite à la mise en place de l’incrément 3 du NATO Core GIS, une demande de mise à jour du STANAG 2586 a été émise. Cette demande a permis l’adoption de DMF 2.0 pour l’édition 2 du STANAG. Un guide pour l’utilisation de DMF 2.0 pour les besoins OTAN a notamment été mis en place. Le STANAG devrait être promulgué début 2019.

OGC ebRIM Profile of CSW

Ce document décrit un profil basé sur l’option de mise en œuvre HTTP du service de catalogue Catalogue Service de l’OGC et le modèle d’information ebRIM (ebXML Registry Information Model) du consortium OASIS.

Ce modèle d’information est générique et peut donc être spécialisé pour les différents types de ressources à cataloguer. Cette spécialisation est documentée dans un « paquetage d’extension », qui contient les extensions au modèle de base. Un paquetage d’extension dit basique a été spécifié par l’OGC. Il contient des éléments de base pour le catalogage d’objets géographiques.

Si la généricité d’ebRIM permet son application à divers types de ressources, ce modèle est également critiqué pour sa complexité.

ISO TS/19158:2012

Cette Spécification Technique (TS) doit servir de référence en matière d’assurance qualité dans les relations qui peuvent exister entre utilisateurs et fournisseurs de données géographiques.

La capacité du producteur/fournisseur de données à prendre en compte et à satisfaire les exigences qualité est fondamentale. Néanmoins, la spécification ISO 19158 ne se cantonne pas à cet aspect et aborde la notion d’agrément (ou accréditation) qui doit impliquer à la fois fournisseur et utilisateur dès les phases les plus amont des processus de production de données. Trois niveaux d’accréditation sont définis : un agrément basique, opérationnel ou total. La qualité des données elles-mêmes, la prise en compte des coûts de production, de la volumétrie et des échéances calendaires sont les quatre principales composantes incluses dans cette vision de l’assurance qualité.

La spécification ISO 19158 s’applique dans les situations suivantes :

  • un cadre légal d’acquisition et de mise à disposition de données géographiques a été fixé,
  • une soumission de services d’acquisition de données géographiques doit être étudiée,
  • un seul ou plusieurs fournisseurs de données sont impliqués.

ISO/TS 19138:2006

Cette spécification technique (TS) a été révisée dans le cadre de la norme ISO 19157. Elle a donc été annulée par l’ISO.

ISO TS 19138 se veut un guide à destination – des producteurs pour identifier les mesures qualité les plus appropriées – et des utilisateurs pour évaluer la pertinence des données à l’usage qu’ils veulent en faire.

Elle définit un ensemble de mesures pour les sous-éléments relatifs à la qualité des données tels qu’identifiés dans la norme ISO 19113 – Principes Qualité.

Les éléments sont structurés de façon à pouvoir être maintenu dans un registre conforme à la norme ISO 19135, associant à chaque mesure répertoriée un identifiant et un code. Le document établit une structure pour ce registre et fournit une liste initiale de 100 mesures qualité.

Chaque mesure qualité est ainsi définie par 13 composants :

  • nom
  • alias
  • data quality element
  • data quality subelement
  • data quality basic measure
  • definition (de la mesure)
  • description (de la mesure)
  • parametre
  • dq value type
  • dq value structure
  • identifier
  • source
  • example

ISO 19114:2003

Cette norme internationale (IS) a été révisée dans le cadre de la norme ISO 19157. Elle a donc été annulée par l’ISO.

Champ d’application

Cette norme internationale fournit un cadre de procédure pour la détermination et l’évaluation de la qualité applicable aux jeux de données géographiques numériques, en accord avec les principes de la qualité des données définis dans la norme ISO 19113 : Quality principles. Le résultat de l’évaluation peut être quantitatif ou limité à une indication de la conformité des données vis-à-vis d’une spécification, (de produits ou du besoin d’un ensemble d’utilisateurs en termes d’emploi des données).

ISO 19114 définit également les modalités de rapportage de résultats de mesures qualité, soit en tant que métadonnées des données ou comme un rapport d’évaluation de la qualité. Les rapports d’évaluation de la qualité font l’objet d’une spécification succincte au sein de l’annexe I de la norme ISO 19114, mais aucun schéma conceptuel n’est proposé. Il en résulte que cet aspect de la norme est souvent ignoré.