DGIWG

Présentation

Le Defence Geospatial Information Working Group (DGIWG) est une organisation militaire de normalisation dans le domaine de l’information géographique créée en 1985 à laquelle participent 21 pays de l’OTAN et hors OTAN (Suède, Australie, Nouvelle Zélande, Afrique du Sud).

L’objectif actuel du DGIWG est de construire une nouvelle génération de standards sous la forme d’un ensemble de profils Défense des normes abstraites de l’ISO/TC 211 et mettant en œuvre les standards d’implémentation émanant de l’OGC. C’est une organisation reconnue par l’ISO/TC 211 avec qui il existe une liaison formelle, dite de classe A (voir chapitre Liaisons).

Le DGIWG a été et reste un forum unique d’échanges entre nations alliées. Le représentant français est le Bureau géographie, hydrographie, océanographie, météorologie du Ministère des Armées (B.GHOM).
La participation de l’IGN au DGIWG s’intègre dans le cadre d’un programme de travail en normalisation conduit par ISN au bénéfice de la Défense.

Des informations plus détaillées sur le DGIWG sont disponibles sur son site Internet : http://www.dgiwg.org. Il est également possible d’y télécharger les spécifications publiées par le DGIWG. De plus, un portail est dédié aux travaux en cours : http://portal.dgiwg.org (l’accès au portail est réservé aux membres des équipes projets).

Note : Le site du DGIWG en en cours de refonte. La nouvelle version du site devrait inclure un registre permettant un accès unique et permanent aux ressources du DGIWG.

Organisation

Le directeur du DGIWG est un représentant du bureau hydrographique du Royaume-Uni (UK-HO) ce qui a priori devrait renforcer le lien entre l’IHO et le DGIWG. Le DGIWG plénier regroupe les différents représentants nationaux. Il se réunit une fois par an, au printemps, lors de la conférence DGIWG. Entre ces sessions, le PTSG (Policy & Technical Strategy Group), constitué de personnalités représentatives (représentants des nations les plus impliquées, coordinateur technique éventuellement assisté des responsables de panels techniques…), se réunit pour préparer les réunions du DGIWG plénier. Le RG (Requirement Group) dresse la liste des demandes reçues par le DGIWG et les priorise.
Les groupes prenant en charge les différents aspects des travaux sont appelés les panels techniques. Cinq panels techniques du DGIWG hébergent chacun des équipes projet, et mettent en place une feuille de route définissant les orientations du DGIWG dans leur domaine (voir le chapitre Groupes de travail). La coordination entre les différents panels est assurée par un coordinateur technique (CA) assisté par une équipe composée des pilotes des panels techniques et du RG. Le coordinateur technique est l’interlocuteur de l’OGC. Par ailleurs une équipe nommée DGIF est en charge de la mise en place des contributions techniques pour l’OTAN et notamment pour le STANAG NGIF.
Les équipes projets sont constituées le temps de mener à bien la tâche qui leur est affectée, par exemple la mise en place d’une spécification. Pour cela, les différents pays membres doivent fournir des ressources.
Une coordination avec des structures de l’OTAN comme le JGSWG ou le NATO Core GIS ou encore le support apporté par le DGIWG à la mise en place des spécifications de l’initiative de coproduction MGCP permettent de définir les besoins et de préciser les priorités de l’action DGIWG. Les ressources restent cependant fournies par les nations qui intègrent leurs propres priorités à celles établies par le DGIWG.

Groupes de travail

    Néant

Liaisons

Le DGIWG entretient des liaisons avec les groupes suivants :

  • L’ISO/TC 211 qui met en place au niveau civil un ensemble majeur de normes relatives à l’information géographique. Le département normalisation de l’IGN fait partie des représentants officiels du DGIWG à l’ISO/TC211 ;
  • L’OGC, acteur majeur de la normalisation civile, notamment dans le domaine des services web ;
  • Le JGSWG en tant que groupe OTAN chargé des accords de standardisation dans le domaine de la géographie, et interface entre l’OTAN et le DGIWG pour l’information géographique. Le département normalisation assiste l’EMA/B.GHOM en tant que représentant français au JGSWG notamment dans l’objectif d’assurer la cohérence entre les orientations prises par le DGIWG et le besoin militaire ;
  • Le JCGISR (NATO Joint Capability Group on ISR) qui est en charge des accords de standardisation dans le domaine du renseignement, de la surveillance et de la reconnaissance. Le Département normalisation contribue également à l’activité relative à la dissémination secondaire d’images conduite au sein du JCGISR et assure la liaison technique entre le JCGISR et le DGIWG sur ces questions ;
  • L’OHI qui maintient un ensemble de standards dans le domaine de l’hydrographie et de l’océanographie ;
  • Le GWG qui est une structure gérée par le département de la défense américaine (DoD) de coordination et de mise en œuvre des standards de l’information géographique à des fins militaires.

Publications

Les standards décrits dans ce chapitre représentent les standards suivis par l’IGN. La liste complète des standards  du DGIWG est disponible ici.

Processus de publication

Les documents du DGIWG sont produits au niveau de chaque panel technique et répondent à un requirement qui peut être soumis au DGIWG soit par une nation, soit par l’OTAN. Plusieurs Drafts circulent au sein du panel avant d’être soumis à vote des nations membres.

Standards publiées

Standards en développement

    Néant

Standards en révision

    Néant

Contraintes légales

Un mécanisme de copyright relativement léger a été mis en place en 2005 permettant la réutilisation libre des documents du DGIWG.

Analyse technique